jeudi 28 août 2014

Perdue.



source
Fermer les yeux. Très fort. Mettre le temps sur pause, et se dire que tout ça n'est qu'une mauvaise plaisanterie. Avoir envie d'y croire, toujours et malgré tout. Se sentir heureuse. Puis se sentir conne. Aimer. Détester. Douter. Etre partager entre un milliard de sentiments. Passer du rire aux larmes. Dramatiser, puis relativiser. Avancer. Reculer. Avancer à nouveau. Être envahie de doutes. Positiver. Se dire que tout est foutu. Y croire encore un peu. 
Être perdue. 

mardi 19 août 2014

Se préparer à leur dire Adieu.

source

Se rendre compte à chaque nouvelle visite que leurs pas ralentissent, que leurs gestes sont de moins en moins surs. Les entendre me raconter les résultats de leurs dernières analyses comme si leurs vies ne tournaient plus qu'autour de leur état de santé. Assister, impuissante, à leur vieillesse qui ne va pas en rajeunissant. 

Je les aime depuis toujours. Ils sont ma vie. Une partie de moi. Ils ont contribuaient à mon éducation. Je suis la chaire, de la chaire de leur chaire. Je ne les imagine pas ailleurs qu'à mes côtés. Et pourtant ...

Il est bien douloureux d'accepter la vérité, si triste soit elle. Nul est éternel. La mort n'arrive pas qu'aux autres. Moi aussi je vais devoir leur dire Adieu. Moi aussi je vais devoir apprendre à vivre le coeur déchiré par leur disparition. Je voudrais que cette échéance arrive le plus tard possible. Je chérie chaque seconde à leurs côtés. Je regrette tous ces moments où j'aurais du profiter davantage d'eux. Je m'en veux d'avoir déménagé si loin d'eux. 

Je voudrais oser leur dire à quel point je les aime, à quel point je suis fière et heureuse d'être leur petite fille. Je voudrais qu'ils sachent que je n'imagine pas ma vie sans eux. Je n'aime pas les entendre dire "Quand je ne serai plus là...." comme si c'était anodin. Je voudrais les avoir assez longtemps à mes côtés pour que mes enfants puissent les connaitre et puissent se souvenir d'eux. Je voudrais leur offrir le bonheur d'assister à mon mariage, et de voir mon gros bidon annonçant leur nouvelle descendance ... 

Je ne suis pas prête à leur dire Adieu, et j'espère qu'ils ne sont pas encore prêts à me quitter. 


A vous 3 que j'aime tant,
Papi, Aitatxi & Amatxi*

et à Elle qui m'a déjà quittée.

*Grand-père & Grand-mère en basque

Article dans le Top Humeurs 
du  20 août 2014